The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used.
For more information, please contact the authors.
Les photos ne sont pas libres de droits. Pour contacter les auteurs :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net


La mangrove au ras de l'eau




Le fait d'habiter sur Petite Terre est une vraie chance - enfin ... quand il n'y a pas de mouvements de grèves qui paralysent l'île - car pour se rendre sur Grande Terre, il faut barger et pour ce faire, passer le long de la vasière. CQFD


Donc, trajet obligatoire le boulevard des crabes. Y passer à des heures différentes, à des jours différents, permet de voir tous les stades de ce riche biotope. 
À marée haute la lagune se remplie grâce aux deux déversoirs que vous pouvez à nouveau voir sur la photo satellite.  À ce stade, à part d'énormes tourteaux qui surprennent plus qu'autre chose, les habitants y sont moins nombreux. Mais l'ambiance est beaucoup plus sauvage.


Intérieur de la lagune


Un chemin fait de grosses dalles en béton a été installé au milieu de cette mangrove. Ce qui, je pense, dissuade quiconque de marcher n'importe où lorsque l'eau s'est retirée. Nous avons connu le début de ce chantier en 2010 et nous en avions bien ri (car rien ne se finit sérieusement à Mayotte....). Et pourtant fin 2012, une grande surprise nous attendait. Tout était finit.... mais déjà bien dégradé par endroit. Soit.



S'y aventurer à marrée basse nous amène à la rencontre des crabes violonistes, que vous avez vu sur l'article précédent, et autres espèces marines. Mais il y a aussi les oiseaux. Quand ils sont là avec nous, ou plutôt quand nous sommes là avec eux, c'est un monde à part. 

Guêpiers de Madagascar qui volent et plongent au milieu des palétuviers, Zostérops de Mayotte qui passent de branches en branches à la recherche de nectar, Foudi des Comores qui aimeraient bien quelques insectes volants mais qui se voient vite refuser les affuts de chasses par les Guêpiers etc.... Tout ceci à venir !




À marée haute, pieds nus ou en chaussures adéquates, l'eau jusqu'au genoux, le chemin devient invisible à l'œil nu, c'est l'immersion totale en zone humide.
















Et puis, de temps en temps, un petit habitant des mangroves montre le bout de son nez !



À suivre, les oiseaux des Badamiers