The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used.
For more information, please contact the authors.
Les photos ne sont pas libres de droits. Pour contacter les auteurs :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net


Mangrove, fragilité et importance


La série qui va suivre sera surtout consacrée à la mangrove de Mayotte. Grande terre et Petite Terre, paysages, faunes et flores. Un peu de technique avant toute chose, parfois nécessaire pour comprendre certaines choses ! En plus, quelques photos, (qui renverront aux articles déjà publiés s'ils existent) pour ne pas "souler" ceux qui n'aiment pas lire, mais qui ne leur apporteront de toutes façons rien, sans le texte.

Mangrove de Moya Petite Terre



La mangrove est une sorte de forêt tropicale qui s’épanouit entre mer et terre, dans des zones calmes et peu profondes, remontant le cours des fleuves tant que l’eau est saumâtre.


Sa faune et sa flore sont très spécifiques. Elle couvre une superficie d'environ 150 000 km² sur notre planète, occupe les trois-quarts des côtes et deltas des régions tropicales.


Il est impossible de pénétrer une mangrove, ceci procure à ses habitants une parfaite protection contre la prédation humaine directe.






 

Mangrove sud, sur Grande Terre vue du Mont Choungui



Mangrove de la capitale Mamoudzou
Grande Terre




À Mayotte, minuscule île de 374 km2, la mangrove est forcément proche des zones habitées. Et donc menacée par les déchets et les coupes de ses palétuviers. 


Qui sait que la mangrove appartient au domaine public et est donc « inaliénable » ?

C'est un milieu fragile, très sensible à la pression de l'activité humaine et à la pollution. Parfois une mangrove meurt naturellement sans que l'homme en soit responsable. Les causes peuvent être diverses, trop d'eau, pas assez, trop de salinité, manque d'oxygène, l'érosion et donc l'arrivée trop rapide de terres. Tout cet écosystème est tellement complexe, qu'un rien peut venir tout perturber. (voir le § L'écosystème de mangrove est caractérisé par des conditions écologiques très particulières, un peu plus bas)







Mangrove en mauvaise santé, sud de l'île
Grande Terre


Grande Terre


Palétuvier, Moya Petite Terre


Mais c'est un milieu qu'il faut préserver car, au-delà de l'intérêt biologique qu'il représente, il joue un double rôle dans la lutte anti-érosion. D'une part, la mangrove piège les sédiments et en empêche une très grande partie d'aller envaser le lagon et étouffer le récif, d'autre part elle atténue fortement l'action agressive de la houle envers le littoral. Enfin la mangrove est une pouponnière pour les carangues, mérous, crevettes qui viennent y pondre à l’abri.

Palétuvier est un terme botaniquement ambigu qui en français ne correspond à aucun taxon exact. L'étymologie de palétuvier proviendrait du guarani.






On peut distinguer 3 types de mangroves :


- les mangroves côtières, qui ont la particularité d’être mobiles, en fonction des déplacements des bancs de vase qu’elles colonisent ;


Mangrove côtière de la capitale, Mamoudzou
Grande Terre

- les mangroves estuariennes, fixes, situées à l'embouchure et dans les deltas des fleuves ;
- les mangroves de récifs coralliens.
 
L'écosystème de mangrove est caractérisé par des conditions écologiques très particulières :

- une salinité très variable en fonction des apports en eau douce (précipitations, fleuves…),
- une eau pauvre en oxygène (anoxie due à une très importante activité bactérienne),
- un substrat meuble, instable (vase composée de sédiments apportés par les rivières, les écoulements…),


Mangrove, Pointe Mahabou à Mamoudzou
Grande Terre

- une alternance exondation/inondation due au flux et reflux des marées, entraînant des périodes prolongées de dessiccation (déshydratation extême) et d’immersion.


Mangrove de la Pointe Mahabou, Mamoudzou


Aller à la rencontre de la mangrove de Mayotte mérite vraiment le détour ! 

Même si parfois, on peste car elle est souillée par les déchets du village voisin, et cela malgré le nettoyage naturel dû aux marées importantes.