The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used.
For more information, please contact the authors.
Les photos ne sont pas libres de droits. Pour contacter les auteurs :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net


Moya et ses Tchitrecs malgaches

Terpsiphone mutata pretosia (Linnaeus, 1766); Tchitrec malgache


Nom vernaculaire : Moucherolle du paradis
On le nomme Bandrame en Shimaorais ou Shiketri en Shibushi



Présent en Afrique et en Asie jusqu'au Japon. Représenté à Mayotte par la sous-espèce pretosia. Également présent à Madagascar, aux Seychelles et dans chaque îles des Comores. Ces différentes populations ont évolué à leurs façons pour présenter des caractères spécifiques dans chacune des îles et sont ainsi devenues des sous-espèces que certains taxonomistes n'hésitent pas à élever au rang d'espèce, ce qui en fait des endémiques.
 

Dimorphisme sexuel marqué. 

- La femelle est toujours rousse avec une calotte noire, incluant les joues et la nuque. Le bec et les tarses sont gris bleutés. 

- Les mâles présentent deux morphes très différentes : 
  • Phase rousse : corps entièrement roux, avec une barre blanche sur les ailes gris-noir. La tête, la nuque et les joues sont noires avec des reflets bleutés. L'œil est entouré d'un cercle orbital bleu turquoise plus marqué en période de reproduction. 
  • Phase blanche : corps blanc, tête, nuque et joues noires. Même cercle orbital bleu turquoise. les ailes sont noires, mais chaque rémige est soulignée de blanc. La queue est également blanche. 

La phase blanche du mâle n'est acquise qu'au bout de la troisième ou quatrième année, quand il est sexuellement mature. En plumage nuptial, les deux rectrices médianes des mâles (qu'elles soient blanches ou rousses) atteignent près de 20 cm. Elles tomberont après la mue.

Terpsiphone mutata est insectivore strict et capture le plus souvent ses proies en vol, qu'il repère sur un poste d’observation.

* * * 

Ne cherchez pas le Tchitrec, il viendra à vous ! Comme son lointain cousin le Rougegorge familier, il vous fera savoir que vous pénétrez son territoire et vous fera comprendre à sa façon que vous pouvez repartir d'où vous venez. 

Clic here pour refaire la ballade
 Pour rappel, lors d'une aventure dans la foret du Gouverneur (je peux le redire, où nous nous sommes perdus !) une gentille femelle était arrivée comme une furie, houppette droite sur la tête, en criant dans son charabia un truc qui voulait bien dire "PARTEZ". Nous n'avons jamais su d'où elle était arrivée, mais elle, nous avait vus ! Ni une ni deux, sur la pointe des pieds, nous avons quitté son territoire.

Sur Moya, la rencontre s'est faite un peu différemment, enfin une des rencontres, car vous verrez quelque chose d'extraordinaire un peu plus tard. Ce soir là, vers 16h30, mais presque nuit, lors d'une dernière ballade sur la plage j'ai aperçu ce feu d'artifice ou  fusée blanche. 

En effet lors de la chasse aux insectes et qu'il saute de branches en branches, sa queue est si longue qu'on dirait un serpentin de lumière. Il est alors impossible à suivre s'il ne s'arrête pas. Le stade de la végétation hivernale permet une bonne vision de l'oiseau.


Mâle sexuellement mature, phase entièrement blanche atteinte


À noter la longueur des deux rectrices médianes

Femelle

Cette femelle a été rencontrée sur le chemin qui mène à Moya.


Taxinomie *

Ordre : Passériformes
Famille : Monarchidae
Genre : Terpsiphone
Espèce : mutata
Sous-espèce : pretosia

Quelques-une des mes photos sur Oiseaux.net pour cette espèce