The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used.
For more information, please contact the authors.
Les photos ne sont pas libres de droits. Pour contacter les auteurs :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net


Eulemur fulvus mayottensis

Les voilà, mes amours de Mayotte !!!

Eulemur fulvus mayottensis, le maki de Mayotte. L'emblème de cette île qui n'a, pourtant, pas la vie facile ! 

Certains se souviennent peut être de l'affaire des makis de l'îlot M'Bouzi, Réserve naturelle, dernière forêt primaire, forêt sèche. L'association Terre d'Asile, les y amenait pour les soigner et les "protéger" des Mahorais. L'attitude de ces derniers est inacceptable et barbare ! Ils n'hésitent pas à les tuer, torturer ou à leur brûler les pattes parce que ces petits lemurs s'approchent de trop près de leurs plantations. Sauf que, comme à l'accoutumée, c'est l'homme qui prend place sur un territoire déjà occupé, ici par Eulemur fulvus mayottensis !

Malheureusement, la population de cet îlot est très vite montée en flèche, attirant les rats, ce qui avait et a un effet très néfaste sur les populations d'oiseaux nicheurs

La question, l'année dernière, était de savoir quoi faire de ces 700 makis. Cela a soulevé la colère, puis la honte et l'horreur, puisque notre gouvernement Français évoquait, un temps, l'euthanasie. Finalement l'association MKZ (Maecha Komba na Zombe, dont nous sommes membres sympathisants) a réussi à obtenir le droit à la stérilisation des femelles de l'îlot.

Le jour où les membres de l'association ont voulu se rendre sur l'îlot (par leur propre moyen car les Naturalistes de Mayotte leur ont refusé TOUTES aides) c'est une centaine de makis empoissonnés qu'ils ont trouvé ! Chercher des coupables à Mayotte, c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin.....MKZ a bien sûr porter plainte.

Les makis sont présents sur Grande Terre uniquement, il va de soit que des individus sur Petite Terre soulèveraient le même problème que sur l'îlot M'Bouzi.

En attendant, autour du Gîte du Mont Combani, c'est un régal. S'assoir un instant et attendre peut s'avérer, de suite, excitant. Durant la période des mois de septembre octobre, les makis n'ont pas grand chose à se mettre sous la dent. Le Gîte peut leur donner quelques bananes de temps en temps, mais ils préfèrent les garder pour les clients. Alors quand deux bipèdes aux têtes sympathiques, s'approchent, on regarde avec intérêt et c'est la fête ! 




La présence du Eulemur Fulvus Mayottensis ou Comba (appelé de cette façon sur l’île) a été signalée pour la première fois au XIXème siècle. 

Il est vraisemblablement originaire de Madagascar, où vit encore Eulemur fulvus fulvus, ou Maki brun, dont il s'est peu à peu différencié.




Un maki dans cette position, assure une arrivée sur vos épaules en moins de 30 sec. Très attentifs à nos faits et gestes, des fois que quelque chose d'intéressant sorte par magie du sac à dos.... 



Pour vous rendre compte des ressemblances avec un autre espèce endémique de Mada, Roger qui a eu la chance de les rencontrer sur l'île de Madagascar, m'a permis d'ajouter à cet article, deux de ses photos.Vous pouvez accéder à son article en cliquant ci-dessous. Son site se trouve également dans le pavé "COTÉ OCÉAN INDIEN". Ici, Eulemur coronatus.





Sachez que nous parlons Maki ! Oui, cela fait rire ;-) mais ils émettent un son guttural qui est très facile à imiter. Nous partions, avec eux, dans des dialogues sans fin !