The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used.
For more information, please contact the authors.
Les photos ne sont pas libres de droits. Pour contacter les auteurs :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net


Les jardins de Dziani


Avant de vous parler des petits jardins, je souhaite vous montrer Dziani en vue aérienne. Gros oubli de ma part sur le premier billet. Les captures sont faites sur Google earth. J'ai également pris Petite Terre, pour avoir une meilleure échelle du cratère.

Petite Terre 

Sentier autour du lac Dziani ici bien visible.

Ce qu'on appelle les petits jardins, sont en fait une partie de terre occupée illégalement sur le domaine publique. Vous vous doutez alors qu'il s'agit de "jardins clandestins", dans une réserve naturelle, qui plus est (mais tout le monde ferme les yeux, oui...). La population de Petite Terre peut ainsi vivre de ses récoltes, soit par la vente, soit par la consommation directement. Comme souvenez-vous, la pêche illégale dans les piscines de Petite Terre (ICI)

Mais en contre partie et ce, comme toujours, la nature souffre. Pour que jardin il y ait, il faut de place, pour avoir de la place, il faut défraîchir. Comment ? Par brûlis, en toute impunité.


À une époque, les hélicos des autorités tournaient pour justement enrayer cette pratique très néfaste pour la toute petite île qu'est Mayotte. Le nombre de brûlis avaient alors diminué, nous avons bien remarqué cette année, qu'on était reparti de plus belle. Les brûlis ont du se multiplier par 10/ jour


La montée est la même que celle du Dziani :



Chonchon de son surnom (Choungy, qui est aussi le fameux Mont de Mayotte) ouvre la marche, un peu trop vite parfois, à tel point qu'il se fatigue vite. Voici les premiers jardins sur notre droite, avec des délimitations mises au hasard, tressées en palmier.

À l'intérieur du jardin, où même si c'est illégal, il ne vaut mieux pas rentrer... un paysan dort toujours les yeux ouverts dans un coin à l'ombre ;-), on trouvera une récolte de Manihot esculenta, Manioc. On en mange : les feuilles en légumes (brèdes de manioc) et le tubercule frit ou cuit dans la cendre, c'est un régal


Le manioc s’accommode des sols pauvres, il est planté un peu partout.



On en tire aussi de la farine ou de la fécule : le tapioca


Autre jardin, avec une délimitation de fortune cette fois-ci.



On trouvera également sur le chemin, des ananas, que je vous montrerai un peu plus tard ;) .


Un petit endroit d'herbes où Chonchon pourra se purger.


Et voici de loin ce que peut donner un défrichage clandestin de la forêt. Trois habitations avec quelques bananiers.


 

À suivre : la flore autour de Dziani.