The photos presented on this site are not free of rights and therefore cannot be used.
For more information, please contact the authors.
Les photos ne sont pas libres de droits. Pour contacter les auteurs :
nathalie.santa.maria@oiseaux.net


Forêt sèche et Dziani Dzaha

Qu'avez-vous vu de la forêt sèche ? Pour le moment pas grand chose, deux lépidoptères ; le Danaus chrysippus  et l'Amauris comorana.

Un petit rappel : 

Les forêts naturelles de Mayotte alliant forêt tropicale sèche et forêt tropicale humide constituent un pôle de biodiversité exceptionnel. Elles recèlent plus de 200 variétés d’arbres et autant d’arbustes dont certains n’existent qu’à Mayotte et ont un usage courant dans la pharmacopée locale. La distribution et la composition de ces forêts sont fortement influencées par le relief de l’île et en particulier en fonction de la pluviométrie. Chaque réserve forestière est différente et remarquable en soi.

Une des premières randonnées lorsqu'on arrive sur Mayotte et encore plus si nous sommes Petit terriens, c'est le lac Dziani Dzaha. Une bonne marche pour un bon test d'aptitude.


Sur la route des Badamiers, un chemin monte doucement vers le sentier qui dessine le tour du lac. Ce sentier de crête qui en fait le tour permet d'avoir une vue impressionnante sur cette partie du lagon, ainsi que sur le grand large. 

On débute doucement par ici :

 
Arrivés au sommet on surplombe le cratère où une eau verdâtre, sulfureuse et malodorante a remplacé la lave dans le cratère de cet ancien volcan éteint depuis des millénaires. Ces caractéristiques en ont fait dans le passé un lieu privilégié pour toutes sortes de cérémonies ésotériques...  




Nous avons pu constater que le niveau de l'eau était bien moins élevé cette année. 


Le cratère tombe en falaise sur l'océan puisque Petite Terre est posée sur la barrière de corail et donne directement sur les grands fonds. C'est dans ces falaises que s'abritent les "Pailles-en-queue" Phaétons à bec jaunes (photos sur Oiseaux.net en un clic), magnifiques oiseaux blancs à la queue fine et démesurée, d'où leur nom. Il est malgré tout beaucoup moins présent qu'à la Réunion.

C'est par ce sentier que vous pouvez faire le tour du cratère en une bonne heure sans s'arrêter, sinon deux ou trois avec des arrêts photos. Ne pas oublier l'eau, l'ombre est quasiment absente, l'air est parfois brûlant, le soleil bien au zénith même par temps un peu couvert.

 

 
Même pour un Berger des mangroves, chien né sur l'île, la chaleur est insoutenable...


Sur la droite du sentier, vue sur le lagon et la barrière de corail. C'est dans ce ciel que nous pouvons assister aux merveilleux ballets des "Pailles-en-queue", surtout en septembre où les parades nuptiales battaient leur plein. Cependant prenez garde où vous mettez les pieds, même si le spectacle est des plus beaux, la falaise n'est pas loin, la descente serait très rapide !


Vue sur le lagon à nouveau, permettant de bien remarquer que les vagues sont stoppées par la barrière de corail, ce qui assure une merveilleuse protection pour l'île, sa faune, notamment les tortues qui viennent pondre sur les plages. Ci-dessous une "piscine" et si l'envie de replonger dedans vous dit aller ICI.


Une autre vue de la barrière de corail en regardant vers la droite face à l'océan.


Et cette vue panoramique qui vous donnera une idée du panorama une fois sur le sommet du cratère atteint.



Les vues aériennes de Petite Terre et du Dziani



Par Google earth